STRATES

Immersion video & sonore

contact

L’image perçue et l’image créée sont deux instances psychiques très différentes et il faudrait un mot spécial pour désigner l’image imaginée. G. Bachelard

Strates propose un voyage sensoriel et physiologique au cours duquel les substances des mondes minéraux et organiques s'animent tour à tour, érigées en montagnes, parcourues d'ondes, de séismes, se réinventant au rythme des saisons et de la course des astres.
Le socle de l’expérience, le mapping vidéo, permet d’explorer les modalités de superposition et d’interpénétration des mondes palpables et projetés. En mappant un monde subtil sur une « matière dure » en écho aux songes matérialistes de Gaston Bachelard - et les irrégularités de hangar industriel avec lesquelles il faut composer - ce dispositif révèle les nuances de densité de matière autant que les strates temporelles qui ont sédimenté au sein du lieu.
Le mapping réalise ainsi un mouvement alchimique, par la dissolution de l’architecture tangible et sa concomitante coagulation avec la lumière dans un nouvel espace sans limite fixe. L’architecture dans laquelle on se trouve parle alors de notre architecture intérieure, dans une expérience poétique matérialiste.

C’est ainsi que l'on développera l’idée de « strates », de formes d’espace définies qui se superposent pour se contredire, s’interpénétrer, se compléter, et qui sont ensemble un véhicule qui nous emmène vers des zones sensibles. Les strates forment une parabole, une rêverie qui nous séduit car elle suggère un voyage vers les couches profondes de la matière et de l’esprit, jusqu’à un point chaud, insaisissable et impénétrable, le monde de l’expérience du spectateur.
Ses sens perturbés, le spectateur accorde une attention particulière à ce qui se passe en lui-même.

Mais si c’est bien la lumière qui définit notre posture vis à vis du réel, c'est le son qui induit notre rapport à l’espace.
L’immersion sonore est ainsi travaillée - timbre, résonance, réverbération - dans ce même souci de faire dialoguer l’espace réel et l’espace perçu. Les grands volumes à disposition permettent d’installer un système de diffusion immersif ayant aussi pour but de transformer notre perception de l'espace :
parfois en appui des perspectives faussées de la projection vidéo, parfois à contre-courant, pour induire une dissonance cognitive qui demande au spectateur de se mouvoir intuitivement pour trouver sa juste place.


TEASER




PREMIÈRES EXPÉRIMENTATIONS
Recherches de textures


INFLUENCES